Histoire de la bibliothèque de Paris

Un peu d'histoire

Fondée à Hanoi en 1903, la bibliothèque de l'Ecole française d'Extrême-Orient témoigne de l'évolution des recherches et centres d'intérêt de l'EFEO sur la longue durée. Durant la période indochinoise (1900-1957), elle a pour mission de réunir tous les ouvrages imprimés ou manuscrits relatifs à l'Indochine française, et au-delà les publications importantes sur l'Extrême-Orient. Elle s'accroît régulièrement par achats, dons et échanges, mais est également dépositaire des ouvrages imprimés aux frais ou avec le concours financier de l'administration coloniale. En 1944, la bibliothèque de Hanoi abritait quelque 80000 volumes (manuscrits compris), dont 40000 en langues européennes. A la fin de le période coloniale, les accords de partage des collections de l'EFEO entre la France et les trois nouvelles nations de l'ex-Indochine française stipulent que les ouvrages en langues européennes restent la propriété de EFEO, les documents dans les langues locales revenant aux nouvelles nations. Un important travail de microfilmage des principaux manuscrits en langues originales est alors entrepris. Un envoi de plusieurs dizaines de milliers de livres, portant en majorité sur l'Asie du Sud-Est, constituera le noyau de l'actuelle bibliothèque parisienne de l'École, inaugurée en 1968 à l'ouverture des Instituts d'Extrême-Orient, devenus la Maison de l'Asie.

La bibliothèque de l'EFEO compte aujourd'hui environ 100 000 monographies et plus de 1 700 titres de périodiques (dont plus de 700 vivants). Elle conserve aussi plusieurs milliers d'estampages khmers et cam notamment, ainsi qu'environ 150 000 clichés photographiques. Sa mission a évolué avec le développement de nouveaux terrains de recherche, désormais étendus à une grande partie de l'Asie. Aux fonds historiques sur l'Asie du Sud-Est, s'ajoutent les fonds Chine-Japon et Asie du Sud. La politique documentaire est restée fidèle aux domaines phares de l'Ecole (archéologie, épigraphie, ethnologie, religions notamment), sans cependant négliger les disciplines émergentes de la recherche à l'Ecole, en complémentarité avec les autres institutions abritant des fonds similaires (Collège de France, BULAC). Les échanges de publications constituent une part importante des acquisitions, et s'opèrent avec des universités et centre de recherche asiatiques comme européens ou américains

Le réseau des bibliothèques EFEO

La centrale de Paris s'inscrit au coeur d'un réseau de bibliothèques implantées dans certains des centres asiatiques de l'Ecole. Actuellement, Chiang Mai, Hanoi, Jakarta, Pondichéry, Siem Reap et Vientiane possèdent des bibliothèques significatives, créées pour et par les chercheurs sur place, qui alimentent également celle de Paris. Elles sont intégrées dans le Système universitaire de documentation et reliées au réseau de catalogage BULAC. Là encore, la définition d'une politique documentaire basée sur la spécificité des fonds déjà présents s'est imposée. Le bouddhisme est bien représenté grâce aux collections de Chiang Mai. Pondichéry possède des fonds particulièrement riches sur la philologie sanscrite et tamoule, l'archéologie et l'épigraphie de l'Inde du Sud. Siem Reap est au coeur du programme de conservation d'Angkor et Hanoi s'étoffe dernièrement sur l'ethnologie et les populations de la péninsule indochinoise. Jakarta pour sa part, suit de près les évolutions sociales et religieuses en cours dans la zone. Enfin Vientiane constitue l'unique bibliothèque de recherche implantée au Laos.

 

Actualité de l'EFEO
Séminaire ''Histoire de la culture visuelle en Asie Orientale''
Paris, France, 21 mai 2019
Dans le cadre du séminaire "Histoire de la culture visuelle en Asie Orientale" d'Anne  Kerlan et Michela Bussotti, la prochaine séance sera consacrée à la représentation du corps au Japon, avec les interventions de
- Martin Ramos : Des corps souffrants : la Passion du Christ et les vies de martyrs dans le Japon des XVIe et XVIIe siècles
- Christophe Marquet : Corps érotisés, images cachées : la découverte des gravures « érotiques » japonaises en France au XIXe siècle

De 15h à 18h, EHESS, salle AS1_08, 54 bd Raspail 75006 Paris
Martin Nogueira Ramos présente son livre
Paris, France, 20 mai 2019
Lundi 20 mai, Martin Nogueira Ramos présente son livre La foi des ancêtres. Chrétiens cachés et catholiques dans la société villageoise japonaise (XVIIe-XIXe siècles) (CNRS éditions, 25 avril 2019).
De 16h30 à 17h30, dans les salons de la Maison de l'Asie. Pour assister à la présentation merci de confirmer votre présence par courriel.
Article du quotidien Kyôto shibun
Kyoto, Japon, 17 mai 2019
Le 17 mai 2019 est paru dans le quotidien Kyôto shibun un article sur la conférence du 12 avril, du cycle 2018-2019 du Kitashirakawa EFEO Salon, portant sur la prédication religieuse en milieu populaire, qui s'est tenue au Centre EFEO de Kyôto.
Exposition ''Ôtsu-e : peintures populaires du Japon''
France, Paris, 16 mai 2019
Vous avez jusqu'au 15 juin pour découvrir l’exposition « Ôtsu-e : peintures populaires du Japon », dont l’EFEO édite par ailleurs le catalogue.
Les images d'Ōtsu sont des peintures anonymes produites à l'époque Edo dans des villages non loin de Kyoto, pour être vendues aux voyageurs qui empruntaient la route du Tôkaidô.
Nouvelle publication
France, Paris,

Ōtsu-e
Peintures populaires du Japon
Des imagiers du XVIIe siècle à Miró

En savoir plus