Historique

statue

Les années indochinoises

L’École française d’Extrême-Orient est fondée en 1898 à Saigon, sous la dénomination originelle de Mission archéologique d'Indo-Chine. Créée sous la double impulsion des orientalistes de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et du gouvernement général de l’Indochine, les premiers veulent encourager le séjour de chercheurs sur le terrain en Asie – à l’instar de ce qui se fait déjà à Athènes, à Rome ou au Caire – le second souhaite la fondation d’une institution qui puisse prendre en charge l’inventaire et la préservation du patrimoine culturel indochinois. En 1900 la dénomination de l'institution est changée : elle porte désormais le nom d'École française d’Extrême-Orient. En 1902, le siège de l’École est installé à Hanoï avec pour missions scientifiques principales l’exploration archéologique, la collecte de manuscrits, la conservation des monuments, l’inventaire ethnographique des groupes ethniques, l’étude du patrimoine linguistique, sans oublier l’histoire de toutes les civilisations asiatiques, de l’Inde jusqu’au Japon. En appui à cette vaste ambition scientifique, une bibliothèque et un musée, devenu depuis Musée national d’Histoire du Vietnam, viendront bientôt compléter l’installation du siège. D’autres musées suivront : Da Nang, Saigon, Hué, Phnom Penh, Battambang, etc. En 1907, l’EFEO reçoit la charge de la Conservation du site monumental d’Angkor. Cette première période de l’École reste marquée par des collaborateurs prestigieux qui comptent toujours parmi les grands noms de l’orientalisme : Paul Pelliot, Henri Maspero, Paul Demiéville en sinologie ; Louis Finot, George Cœdès pour l’épigraphie indochinoise ; Henri Parmentier pour l’archéologie, Paul Mus, pour l’histoire des religions…

Le redéploiement

Après 1945 s’ouvre une nouvelle période pour l’EFEO. Malgré la guerre, et grâce à une volonté sincère de coopération scientifique avec les nouveaux États indépendants, ses membres vont poursuivre leurs travaux en Asie du Sud-Est continentale : ethnologie, études sur le bouddhisme, sur les langues, sur les littératures, et bien sûr archéologie, avec les grands chantiers de reconstitution des monuments d’Angkor par la méthode de l’anastylose. En 1957, l’École doit cependant quitter Hanoi, puis Phnom Penh en 1975. Elle met cette période complexe à profit pour élargir ses implantations et développer de nouvelles coopérations scientifiques. Dès 1955, en Inde, un centre permanent est ouvert à Pondichéry, pour conduire des recherches sur la littérature sivaïte et sur l’histoire de l’art du sud du pays, auquel sera plus tard adjointe une antenne à Pune. La fin des années 1950 voit aussi la mise en place à Jakarta d’un centre qui accueille des spécialistes d’épigraphie religieuse et des archéologues. À partir de 1968, au Japon, l’Institut du Hobogirin réunit à Kyoto des spécialistes de l’histoire du bouddhisme chinois et japonais tandis que, quelques années après, un centre est constitué à Chiang Mai consacré au bouddhisme sud-est asiatique. À cette période restent associés, parmi d’autres, les noms de Jean Filliozat pour l’indianisme, Rolf Stein pour la sinologie et la tibétologie, Bernard Philippe Groslier pour l’archéologie à Angkor, Charles Archaimbault pour l’ethnologie du Laos, Maurice Durand pour les études vietnamiennes…

L’EFEO au XXIe siècle

La fin des conflits et une relative stabilité politique en Asie du Sud-Est ont permis, à la demande des scientifiques locaux, la réinstallation de l’EFEO dans la péninsule indochinoise. Au Cambodge d’abord, en 1990, avec la restitution du terrain de Siem Reap par les autorités et la reprise de grands chantiers archéologiques à Angkor. Mais aussi, trois ans plus tard au Laos, puis à Hanoi où l’École dispose désormais d’un nouveau centre, équipé d’une bibliothèque, et mène des travaux d’édition (corpus épigraphique) et des recherches en histoire et en anthropologie. Ce retour sur son lieu de naissance n’a pas freiné la poursuite du redéploiement de l’EFEO. Redéploiement géographique : antennes à Kuala Lumpur, à Hongkong (Université chinoise), à Taipei (Academia sinica), à Tokyo et à Séoul, enfin un centre à Pékin en 1997. Redéploiement thématique aussi, avec un élargissement vers le  monde contemporain : étude de réseaux de commerçants indiens, histoire démographique récente des hauts plateaux de la péninsule indochinoise et question de l’intégration des populations minoritaires, nouvelles dynamiques religieuses en contextes chinois, thaï ou  indonésien, évolution des politiques patrimoniales… L’EFEO aborde le XXIe siècle en intégrant résolument les apports des nouveaux outils technologiques et en situant encore davantage ses travaux dans le cadre de la coopération internationale, asiatique et européenne notamment.

Actualité de l'EFEO
L’invention des dynasties : les «  rois anciens » du pays tamoul
Paris, France,

Lundi 5 février 2018 Charlotte Schmid (EFEO) intervient sur le thème L'invention des dynasties : les «  rois anciens » du pays tamoul.

De 11h à 12h30 (entrée libre)
Maison de l'Asie, 22, avenue du Président Wilson, 75116 Paris, Grand salon, 1er étage.

Muttaraiyar, « anciens rois », est le titre d'une dynastie que la brièveté de son existence, entre la fin du VIIIe et le début du IXe siècle, et les faibles dimensions de son territoire, le cœur du delta de la Kāvēri (Tamil Nadu, Inde), amènent à qualifier de mineure. La découverte de cette dynastie a été progressive mais elle est aujourd'hui représentée par un corpus substantiel de monuments et de textes, dont les plus anciennes connues des inscriptions en tamoul littéraire. Mais qu'est-ce qu'une dynastie ? Comment s'affirme-t-elle ? Qui la définit ? Parce que le terme muttaraiyar n'a pas toujours été compris comme un titre dynastique, parce que les Muttaraiyar se caractérisent par rapport à nombre d'autres dynasties dont les fameux Cōḻa (IXe-XIIIe siècles), marqueur identitaire du pays tamoul contemporain, les monuments qu'on attribue aux Muttaraiyar permettent d'explorer la notion de dynastie et ses conséquences sur l'écriture de l'histoire. Nous distinguerons deux moments clefs dans leur élaboration : lorsque les dirigeants eux-mêmes s'impliquent dans le récit de leurs origines et de leurs hauts faits ; lorsque les chercheur découvrent, classent, interprètent les traces qu'ils ont laissées et, ce faisant, inventent les dynasties dans un contexte où le nationalisme est loin de n'être qu'un décor de la scène scientifique.

Cette conférence est intégrée au séminaire de Master « Asies » (EFEO - EHESS - EPHE) dont le thème est les Elites.
 EN SAVOIR PLUS
Contributions à la sauvegarde des patrimoines par les Écoles françaises à l’Etranger
Paris, France,

Le vendredi 2 février est organisée à l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres une journée d'études visant à mettre en lumière l'important travail réalisé par les Écoles françaises à l'Étranger sur leurs terrains d'action respectifs.
 EN SAVOIR PLUS
Voeux 2018

L'École française d'Extrême-Orient vous présente ses meilleurs vœux pour la nouvelle année

Cliquer ici pour ouvrir l'animation
Nouvelle publication
14 décembre 2017
Arts Asiatiques 72 (2017)

EN SAVOIR PLUS
Workshop international sur l'étude de la société et de l'histoire locales chinoises les 14 et 15 décembre
Paris, France,

Jeudi 14 et vendredi 15 décembre 2017 Michela Bussotti (EFEO) et Joseph McDermott (Université de Cambridge) organisent un workshop international sur l'étude de la société et de l'histoire locales chinoises qui conclut le projet FOES (Familles, organisations et économies : au-dedans et au-delà de l'histoire locale en Chine, XVe - XXe siècle - projet exploratoire PSL) grâce au soutien de PSL, de l'EFEO et du CECMC (UMR CCJ).

Progamme (PDF)

Maison de l'Asie, Salon du premier étage, 22 avenue du Président Wilson - 75116 Paris

Contact : Michela Bussotti
Nouvelle publication
06 décembre 2017
Cahiers d'Extrême-Asie 25 (2016)

Vies taoïstes, communautés et lieux

EN SAVOIR PLUS
Mise en ligne du fonds photographique Pierre Pichard

999 photographies de l'architecte Pierre Pichard, ancien membre de l'EFEO, sont disponibles sur le site de la photothèque.
Ces clichés ont été pris entre 1987 et 2004 lors de missions en Indonésie, Inde, Sri Lanka, Laos, Birmanie, Bhoutan, Népal, Cambodge, Thaïlande et Corée du Sud.
 EN SAVOIR PLUS
Séminaire EFEO Paris

Lundi 13 novembre Ryosuke Furui (Institute for Advanced Studies on Asia, University of Tokyo) intervient sur le thème « Changing Structure of Political Powers in South Asia: Bengal from the Fifth to the Thirteenth Century »

De 11h à 12h30 (entrée libre)
Maison de l'Asie, 22, avenue du Président Wilson, 75116 Paris, Grand salon, 1er étage
 EN SAVOIR PLUS
Colloque ''Gestion des eaux d'Angkor : Bilan des études et perspectives''

Vendredi 10 novembre l'Association des Amis d'Angkor (AAA) organise le colloque Gestion des eaux d'Angkor : Bilan des études et perspectives.
Maric Beaufeïst intervient sur le thème « la restauration du Mébon occidental et l'utilisation de nouvelles technologies »

Auditorium "SETEC", Immeuble Central Seine, 46, quai de la Rapée, 75012 Paris
Séminaire EFEO Paris

Lundi 6 novembre Yoon Hyong-jin (Asiatic Research Institue, Korea University) intervient sur le thème « Community Organizations in the Colonial East Asia and its legacy: Focused on 'Baojia' »

De 11h à 12h30 (entrée libre)
Maison de l'Asie, 22, avenue du Président Wilson, 75116 Paris, Grand salon, 1er étage.
 EN SAVOIR PLUS