Historique

statue

Les années indochinoises

L’École française d’Extrême-Orient est fondée en 1898 à Saigon, sous la dénomination originelle de Mission archéologique d'Indo-Chine. Créée sous la double impulsion des orientalistes de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et du gouvernement général de l’Indochine, les premiers veulent encourager le séjour de chercheurs sur le terrain en Asie – à l’instar de ce qui se fait déjà à Athènes, à Rome ou au Caire – le second souhaite la fondation d’une institution qui puisse prendre en charge l’inventaire et la préservation du patrimoine culturel indochinois. En 1900 la dénomination de l'institution est changée : elle porte désormais le nom d'École française d’Extrême-Orient. En 1902, le siège de l’École est installé à Hanoï avec pour missions scientifiques principales l’exploration archéologique, la collecte de manuscrits, la conservation des monuments, l’inventaire ethnographique des groupes ethniques, l’étude du patrimoine linguistique, sans oublier l’histoire de toutes les civilisations asiatiques, de l’Inde jusqu’au Japon. En appui à cette vaste ambition scientifique, une bibliothèque et un musée, devenu depuis Musée national d’Histoire du Vietnam, viendront bientôt compléter l’installation du siège. D’autres musées suivront : Da Nang, Saigon, Hué, Phnom Penh, Battambang, etc. En 1907, l’EFEO reçoit la charge de la Conservation du site monumental d’Angkor. Cette première période de l’École reste marquée par des collaborateurs prestigieux qui comptent toujours parmi les grands noms de l’orientalisme : Paul Pelliot, Henri Maspero, Paul Demiéville en sinologie ; Louis Finot, George Cœdès pour l’épigraphie indochinoise ; Henri Parmentier pour l’archéologie, Paul Mus, pour l’histoire des religions…

Le redéploiement

Après 1945 s’ouvre une nouvelle période pour l’EFEO. Malgré la guerre, et grâce à une volonté sincère de coopération scientifique avec les nouveaux États indépendants, ses membres vont poursuivre leurs travaux en Asie du Sud-Est continentale : ethnologie, études sur le bouddhisme, sur les langues, sur les littératures, et bien sûr archéologie, avec les grands chantiers de reconstitution des monuments d’Angkor par la méthode de l’anastylose. En 1957, l’École doit cependant quitter Hanoi, puis Phnom Penh en 1975. Elle met cette période complexe à profit pour élargir ses implantations et développer de nouvelles coopérations scientifiques. Dès 1955, en Inde, un centre permanent est ouvert à Pondichéry, pour conduire des recherches sur la littérature sivaïte et sur l’histoire de l’art du sud du pays, auquel sera plus tard adjointe une antenne à Pune. La fin des années 1950 voit aussi la mise en place à Jakarta d’un centre qui accueille des spécialistes d’épigraphie religieuse et des archéologues. À partir de 1968, au Japon, l’Institut du Hobogirin réunit à Kyoto des spécialistes de l’histoire du bouddhisme chinois et japonais tandis que, quelques années après, un centre est constitué à Chiang Mai consacré au bouddhisme sud-est asiatique. À cette période restent associés, parmi d’autres, les noms de Jean Filliozat pour l’indianisme, Rolf Stein pour la sinologie et la tibétologie, Bernard Philippe Groslier pour l’archéologie à Angkor, Charles Archaimbault pour l’ethnologie du Laos, Maurice Durand pour les études vietnamiennes…

L’EFEO au XXIe siècle

La fin des conflits et une relative stabilité politique en Asie du Sud-Est ont permis, à la demande des scientifiques locaux, la réinstallation de l’EFEO dans la péninsule indochinoise. Au Cambodge d’abord, en 1990, avec la restitution du terrain de Siem Reap par les autorités et la reprise de grands chantiers archéologiques à Angkor. Mais aussi, trois ans plus tard au Laos, puis à Hanoi où l’École dispose désormais d’un nouveau centre, équipé d’une bibliothèque, et mène des travaux d’édition (corpus épigraphique) et des recherches en histoire et en anthropologie. Ce retour sur son lieu de naissance n’a pas freiné la poursuite du redéploiement de l’EFEO. Redéploiement géographique : antennes à Kuala Lumpur, à Hongkong (Université chinoise), à Taipei (Academia sinica), à Tokyo et à Séoul, enfin un centre à Pékin en 1997. Redéploiement thématique aussi, avec un élargissement vers le  monde contemporain : étude de réseaux de commerçants indiens, histoire démographique récente des hauts plateaux de la péninsule indochinoise et question de l’intégration des populations minoritaires, nouvelles dynamiques religieuses en contextes chinois, thaï ou  indonésien, évolution des politiques patrimoniales… L’EFEO aborde le XXIe siècle en intégrant résolument les apports des nouveaux outils technologiques et en situant encore davantage ses travaux dans le cadre de la coopération internationale, asiatique et européenne notamment.

Actualité de l'EFEO
Séminaire de recherche
Paris, France, 25 septembre 2020
Dans le cadre du programme de recherche "Essais au fil du pinceau (zuihitsu) à l’époque d’Edo (XVIIe-XIXe siècles)", Christophe Marquet donne une communication sur La notion d’"essai de réflexion critique par les preuves" (kōshō zuihitsu 考証随筆) à travers le cas du peintre-écrivain Santō Kyōden, alias Kitao Masanobu (1761-1816).

Voir l'affiche
4e conférence du ''Kitashirakawa EFEO Salon''
Kyōto, Japon, 25 septembre 2020
Dans le cadre du Kitashirakawa EFEO Salon, la 4ème conférence du cycle 2019-2020 est présentée par Gaétan Rappo (université de Kyōto/EFEO) sur le thème : "Le bouddhisme ésotérique de l'époque Muromachi et les bienfaits séculiers (genze riyaku) : réflexion sur les mandala de Dakiniten" (en japonais sans traduction).

En savoir plus EN SAVOIR PLUS
Rentrée 2020 : fonctionnement de la bibliothèque de l’EFEO
Paris, France,

Évolution des conditions d’accueil de la bibliothèque de Paris

En savoir plus EN SAVOIR PLUS
Information Covid-19
Paris, France,


Évolution des conditions d’accueil de la bibliothèque de Paris

♦ Lecteurs souhaitant consulter les collections en salle de lecture.
A partir du 21 septembre 2020, la bibliothèque est ouverte du lundi au vendredi de 10h à 17h.
Les usagers sont invités :
→ A réserver les documents qu’ils souhaitent consulter 24 heures à l’avance à partir de leur compte lecteur sur le catalogue
→ A réserver ensuite une place en salle de lecture : RESERVER UNE PLACE EN SALLE DE LECTURE
Lorsque le quota journalier de places a été atteint, la date cesse d’être sélectionnable dans le formulaire.

♦ Lecteurs souhaitant emprunter des documents.
Le service de prêt-retour est ouvert aux chercheurs et étudiants bénéficiant du droit de prêt.
Merci de réserver les documents avant le mardi midi, sur le catalogue de la bibliothèque.
Les livres sont disposés dans le couloir d’accès à la bibliothèque, le mercredi de la même semaine.
Merci de noter que les documents non réclamés repartent en magasin chaque mercredi soir.

Il est interdit de stationner dans les parties communes de la Maison de l’Asie.
In Memoriam Bertrand Chung
04 septembre 2020
Bertrand Chung (Chung Sŏng-bae, 1933-2020). 

Nous avons appris avec tristesse le décès, le 8 juin, à Yongin (Kyŏnggi-do), de Bertrand Chung. Politologue, japonologue et coréanologue, directeur d'études à l'EHESS, il a posé, en 1994, les pierres fondatrices de l'EFEO en République de Corée, à la Korea University.
Nouvelle Parution
Paris, France,

Une philosophie de la parole
"L'Enquête sur la connaissance verbale (Śābdanirṇaya)" de Prakāśātman, maître advaitin du Xe siècle (édition critique, traduction, commentaire, avec une nouvelle édition du commentaire d’Ānandabodha)


En savoir plus
Appel à candidatures
22 juillet 2020
Le projet ModFer (Modélisations couplées pour la restitution des réseaux d’échange des métaux ferreux dans les sociétés anciennes) est lauréat d’un financement du Domaine d’intérêt majeur (DIM) "Matériaux anciens et patrimoniaux ».

Le projet est porté par les laboratoires "Archéomatériaux et Prévision de l’Altération" (LAPA) et "Astroparticule et Cosmologie" (APC), en partenariat avec l’Institut de Chimie et des Matériaux de Paris-Est (ICMPE) du CNRS et l’EFEO.

Un appel à candidature est ouvert pour un contrat post-doctoral de 18 mois à compter du 1er novembre 2020.
Prix d’Histoire des religions de la Fondation ''Les amis de Pierre-Antoine Bernheim''

Le 19 juin 2020, La fondation « Les amis de Pierre-Antoine Bernheim » de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres a décerné le Prix d’Histoire des religions à Martin Nogueira Ramos, maître de conférences de l’EFEO et responsable du Centre de Kyôto, pour son ouvrage La foi des ancêtres : Chrétiens cachés et catholiques dans la société villageoise japonaise XVIIe-XIXe siècles (Paris, CNRS Éditions, 2019). L'ouvrage retrace l'histoire des communautés chrétiennes japonaises de la proscription (1614) au retour des missionnaires dans l'archipel dans la deuxième moitié du XIXe siècle.
Nouvelle Parution
Paris, France,

La réforme politique en Birmanie

pendant le premier moment colonial (1819-1878)

En savoir plus
Nouvelles Parutions
Paris, France,

Bulletin de l'École française d'Extrême-Orient 105 (2019)

Cahiers d'Extrême-Asie, vol. 28 (2019) : Pokchang, Consécration des images dans le bouddhisme coréen

En savoir plus