Tokyo

Le centre de Tôkyô, Japon

Responsable : François Lachaud
École française d'Extrême-Orient
Tōyō bunko
Honkomagome 2-28-21, Bunkyō-ku
Tôkyô 113-0021, Japon
Tél. / Fax : + 81 050-3704-8994
francois.lachaud@efeo.net

Le centre de Tōkyō, établi en 1994, est installé au sein du Tōyō bunko, la plus importante bibliothèque consacrée aux études orientales au Japon et l'une des institutions de recherche les plus actives dans le domaine des études asiatiques au niveau mondial. La convention conclue entre l'École française d'Extrême-Orient et cet établissement prévoit l'échange de renseignements en matière de documentation scientifique et de publications, l'échange de chercheurs et l'exécution de projets communs.

Les bâtiments du Tōyō bunko se composent des réserves dans lesquelles les collections sont conservées, d'une salle de lecture, de salles de séminaire pour les chercheurs, ainsi que d'un musée. Le bureau du centre de l'EFEO à Tōkyō se trouve au septième étage.

Les programmes de recherche que le centre développe concernent :
- Réseaux lettrés, moines et collectionneurs dans le Japon d'Edo (1603-1867).
- Histoire des échanges internationaux en Asie orientale et en Eurasie à l'époque moderne - notamment (à partir de l'automne 2017) sur la « découverte du bouddhisme » dans les sources occidentales (1550-1850).
- Histoire de l'art et esthétique du Japon moderne.

Le centre fait aujourd'hui partie de l'équipe de recherche « systèmes de pensée et pratiques » et conduit plus spécifiquement des recherches sur l'histoire religieuse, artistique et littéraire du Japon moderne (1600-1900), ainsi que sur les échanges internationaux en Asie orientale. D'autre part il participe à l'édition des Cahiers d'Extrême-Asie, en collaboration avec son équipe éditoriale : François Lachaud du centre de Tōkyō, Martin Nogueira Ramos du centre de Kyōto, Luca Gabbiani (Paris) et Élisabeth Chabanol du centre de Séoul.

En dehors de son partenariat principal avec le Tōyō bunko, le centre est lié à l'université de Tōkyō, à l'université Keiō et l'université Jōchi (Sophia).
Le centre accueille sur rendez-vous les boursiers et les chercheurs de l'EFEO qui séjournent au Japon. À partir de l'automne 2017 un séminaire sera organisé autour d'œuvres appartenant au fonds Morrison à l'origine de la fondation du Tōyō bunko et dont l'année 2017 marque le centenaire.

Actualité de l'EFEO
Séminaire ''Histoire de la culture visuelle en Asie Orientale''
Paris, France, 21 mai 2019
Dans le cadre du séminaire "Histoire de la culture visuelle en Asie Orientale" d'Anne  Kerlan et Michela Bussotti, la prochaine séance sera consacrée à la représentation du corps au Japon, avec les interventions de
- Martin Ramos : Des corps souffrants : la Passion du Christ et les vies de martyrs dans le Japon des XVIe et XVIIe siècles
- Christophe Marquet : Corps érotisés, images cachées : la découverte des gravures « érotiques » japonaises en France au XIXe siècle

De 15h à 18h, EHESS, salle AS1_08, 54 bd Raspail 75006 Paris
Martin Nogueira Ramos présente son livre
Paris, France, 20 mai 2019
Lundi 20 mai, Martin Nogueira Ramos présente son livre La foi des ancêtres. Chrétiens cachés et catholiques dans la société villageoise japonaise (XVIIe-XIXe siècles) (CNRS éditions, 25 avril 2019).
De 16h30 à 17h30, dans les salons de la Maison de l'Asie. Pour assister à la présentation merci de confirmer votre présence par courriel.
Article du quotidien Kyôto shibun
Kyoto, Japon, 17 mai 2019
Le 17 mai 2019 est paru dans le quotidien Kyôto shibun un article sur la conférence du 12 avril, du cycle 2018-2019 du Kitashirakawa EFEO Salon, portant sur la prédication religieuse en milieu populaire, qui s'est tenue au Centre EFEO de Kyôto.
Exposition ''Ôtsu-e : peintures populaires du Japon''
France, Paris, 16 mai 2019
Vous avez jusqu'au 15 juin pour découvrir l’exposition « Ôtsu-e : peintures populaires du Japon », dont l’EFEO édite par ailleurs le catalogue.
Les images d'Ōtsu sont des peintures anonymes produites à l'époque Edo dans des villages non loin de Kyoto, pour être vendues aux voyageurs qui empruntaient la route du Tôkaidô.
Nouvelle publication
France, Paris,

Ōtsu-e
Peintures populaires du Japon
Des imagiers du XVIIe siècle à Miró

En savoir plus