SEATIDE

Lancé le 1er décembre 2012 au centre EFEO de Chiang Mai et à l’Université de Chiang Mai (Thaïlande), le projet européen Integration in Southeast Asia: Trajectories of Inclusion, Dynamics of Exclusion (SEATIDE) coordonné par l'EFEO a pris fin le 31 mars 2016. 

Conçu par un groupe de cinq institutions européennes et quatre institutions sud-est asiatiques, ce projet de recherche a été coordonné par Yves Goudineau (yves.goudineau@efeo.net) et Andrew Hardy (hardyvn25@yahoo.com) sur le plan scientifique et Élisabeth Lacroix (ideas.lacroix@gmail.com) pour la gestion. Le site internet dédié à SEATIDE est consultable à l'adresse www.seatide.eu.

SEATIDE visait deux objectifs: 1) mener des recherches sur la question de l'intégration régionale et nationale en Asie du Sud-est, dans un contexte géopolitique, en portant une attention particulière aux phénomènes d'exclusion et 2) renforcer l'Espace européen de la recherche (ERA) par le développement de la coopération scientifique et des échanges entre l'UE et l'ASEAN.

Composé de quatre "work packages" thématiques, SEATIDE étudiera d'une perspective nationale et transnationale les concepts suivants:

La diversité

L'université d'Hambourg (Allemagne) et l'EFEO ont examiné l'évolution des processus d'intégration nationale en fonction de la diversité régionale. Les conséquences de la construction des États-nation ont été analysées sous les angles du développement économique, de la culture nationale, de la religion, de la citoyenneté, de la centralisation, et des rivalités ethniques.

La prospérité

L'université de Milano-Bicocca (Italie) en partenariat avec l'université de Tallinn (Estonie) et l'Académie vietnamienne des sciences sociales, a étudié les mouvements des populations en Asie du Sud-est, en particulier la circulation transfrontalière, l'exode rural, la migration intra-nationale et transnationale de la main d'œuvre, afin de mesurer leurs impacts sur la vie des individus et des groupes. Les enjeux pour les femmes ont fait l'objet d'une attention particulière.

La circulation des connaissances

L'université de Cambridge (Royaume-Uni), et l'université de Sains-Malaysia (Malaisie) ont analysé l'émergence et la circulation des idées et des savoirs qui malgré la diversité des pays qui la compose ont façonné l'Asie du Sud-est. Une attention particulière a été portée au rôle passé et présent de l'Europe dans ces systèmes de connaissances.

La sécurité

L'université de Gadjah Mada (Indonésie), a évalué l'émergence de cadres politiques aux niveaux national et régional en Asie du Sud-est, au travers de l'analyse des crises historiques et contemporaines qui ont engendrées de nouvelles structures d'intégration tout en prenant en compte les formations culturelles qui distinguent le "ASEAN Way" de la construction européenne.

Les résultats du projet sont disponibles sur le site du projet (www.seatide.eu): organisation de conférences, publications, communiqués de presse et notes de synthèse à l'attention des décideurs politiques.

 

 

Le rapport final du projet est disponible ici.