Seoul
Corée
FRANCAIS | ENGLISH


Responsable : Elisabeth Chabanol

#201, Asiatic Research Institute
Korea University, 145 Anam-ro
Seongbuk-gu, Séoul 02841, République de Corée

Tél : +82 2 921 4526
Fax : +82 2 953 2386 elisabeth.chabanol@efeo.net


PRÉSENTATION
Bertrand CHUNG à Séoul_29 juin 2009 (Cop. Alex Guillemoz)
Bertrand CHUNG à Séoul_29 juin 2009 (Cop. Alex Guillemoz)
Décès de Bertrand CHUNG
04 SEPTEMBRE 20
      Bertrand CHUNG (nom coréen Chŏng Sŏng-bae, 1933-2020)   Nous avons appris avec tristesse le décès, le 8 juin 2020, à Yongin, province du Kyŏnggi, Corée du Sud. Il avait posé, en 1994, les premières pierres de la présence de l’EFEO en république de Corée, à la Korea University.                                                                        Né en 1933 à Mokp’o, dans la région de la province du Chŏlla du Sud, au sud-ouest de la péninsule, Bertrand Chung reçoit, au cours de son enfance, une éducation coloniale japonaise avant d’intégrer le département de politique de l’université nationale de Séoul. Boursier du Gouvernement français, en octobre 1955, à 22 ans, il se rend en France pour poursuivre ses études s’intéressant au droit constitutionnel. En 1965, il soutient une thèse sur le système des partis japonais sous la direction de Maurice Duverger. En 1967, il est impliqué dans « l’affaire du groupe des espions de Berlin Est » sous le gouvernement de Park Chung Hee qui accuse 194 étudiants sud-coréens, alors en Europe, de contacts avec la Corée du Nord. Rapatriés à Séoul, ces étudiants y sont jugés. L’écho international de cette affaire lui
permet de rentrer en France où il y vit exilé pendant deux décennies, interdit de territoire. Excellent japonologue, il travaille à la Documentation française, puis comme chef de travaux à l’EHESS. Il dirige le CRJC suivant les affaires économiques, sociales et politiques de l'Asie-Pacifique, tout en militant discrètement contre la dictature militaire sud-coréenne, proche de Kim Dae-jung, futur Prix Nobel, tout comme lui originaire de Mokp’o et alors opposant au régime. La démocratie acquise en 1987, avant les Jeux olympiques de Séoul, lui permet de retrouver la sphère coréenne. Il fonde, avec l’appui de Marc Augé et de Denys Lombard, le Groupe de recherches sur l’économie et la société de la Corée (GRESCO) en 1989. Avec la création à Séoul en 1991 de la Korea Foundation et l’alternance politique en Corée du Sud, Bertrand Chung est sollicité pour la mise en place d’une chair en études coréennes. Il est nommé maître de conférences en 1990. En 1994, il jette les bases de la présence de l’EFEO en Corée du Sud et permet l’ouverture d’une antenne à Séoul au sein de la Korea University. Cette antenne fonctionne jusqu’en 1997 et donne naissance, en 2002, au Centre de l’EFEO à Séoul dans cette même université. Rentrant très vite à Paris, Bertrand Chung participe à l’encadrement de la recherche dont la formation doctorale en études d’Extrême-Orient à Paris 7 et l’EHESS. L’accord avec la Korea Foundation permet en 1995 la création d’un centre nommé dans un premier temps CRESCO, puis Centre d’études sur la Corée (CRC), au sein de l’EHESS. Bertrand Chung y devient directeur d’études avant sa retraite en 1998. Rentré en Corée du Sud, il passe ses dernières années auprès des siens.  
 
 Élisabeth Chabanol, EFEO Séoul