Jakarta
Indonésie
FRANCAIS | ENGLISH


Responsable : Véronique Degroot

École française d'Extrême-Orient
Jl. Ampera III no.26
Kemang
Jakarta Selatan 12550
Indonesia
Tel/fax +62 21 781 14 76
+62 21 781 47 85 veronique.degroot@efeo.net


PRÉSENTATION
BIBLIOTHÈQUE
Mission archéologique à Kota Cina
11 NOVEMBRE 15
La recherche archéologique française, soutenue par la Commission Consultative des recherches archéologiques à l'étranger du Ministère des affaires étrangères, est présente dans la province de Sumatra-Nord (Indonésie) depuis vingt ans. Deux équipes franco-indonésiennes ont travaillé sur deux sites de la côte ouest entre 1995 et 2005 : Barus-Lobu Tua (IXe - XIe siècle EC) et Barus-Bukit Hasang (XIIe - début du XVIe siècle EC). Le site de Si Pamutung (IXe-XIIIe siècle EC), au centre de l'île, dans la région de Padang Lawas, a également fait l'objet de recherches archéologiques par une équipe franco-indonésienne entre 2006 et 2010. Le présent programme, sur la côte orientale de Sumatra, est centré sur le site de Kota Cina, où une équipe franco-indonésienne travaille depuis 2011.
Kota Cina est situé aujourd'hui dans la banlieue de Medan, ville de plus de deux millions d'habitants, capitale de la province de Sumatra Nord. En limite de mangrove, il est aussi à moins de dix kilomètres du port de Belawan sur le détroit de Malacca. Prospections et sondages réalisés durant les années 1970 ont permis de recenser ou de découvrir un certain nombre de vestiges, qu'il s'agisse de structures en briques, de sculptures en pierre, d'inscriptions, ainsi qu'un mobilier très abondant et une grande quantité de vestiges organiques.
Délaissé par la recherche jusqu'en 2010, Kota Cina est aujourd'hui gravement menacé par la densification de l'habitat et le développement industriel entre la ville de Medan et son port de Belawan. C'est en 2011 que Daniel Perret, archéologue et historien à l'Ecole française d'Extrême-Orient, et Heddy Surachman, archéologue au Centre National de la Recherche Archéologique d'Indonésie, ont lancé plusieurs campagnes diagnostiques entre 2011 et 2013. Ces campagnes préliminaires ont abouti en 2014 au lancement d'un programme de recherche archéologique en coopération, soutenu par la Commission Consultative des recherches archéologiques à l'étranger du Ministère des affaires étrangères.
La problématique de ce programme comprend plusieurs volets : chronologie générale et évolution spatiale de l'occupation ancienne du site ; détermination de l'extension de la zone dense en constructions permanentes, très probablement religieuses ; origine des populations résidentes et leur mode de vie ; étude du régime alimentaire des populations résidentes ; étude des différentes activités menées sur le site (commerce, religion, artisanat) ; nature politique de Kota Cina (entité indépendante ou soumise à une entité de la région) ; intégration dans quels réseaux commerciaux asiatiques (du Moyen-Orient à la Chine) ; dynamique du paysage.
La question de l'évolution spatiale de l'occupation sur ce site (dont la superficie est estimée pour l'instant à quelque 30 hectares) étant centrale dans le programme, la stratégie adoptée est de réaliser des sondages de manière la plus systématique possible sur l'ensemble du site, en tenant compte des contraintes (habitat dense, propriété privée des parcelles, nappe phréatique proche de la surface). La superficie des 51 sondages fouillés entre 2011 et 2015 s'élève ainsi à 292 m² pour un volume de 310 m3.
Ces fouilles ont permis notamment de mettre à jour des vestiges de structures en briques, ainsi que des vestiges de structures en bois. L'abondance et la variété du mobilier accumulé depuis 2011 (notamment 133.000 tessons de poteries, 43.000 tessons de grès et porcelaines, plus de 600 monnaies, près de 120 kg de vestiges de faune) garantissent d'une part un catalogue d'une grande richesse qui fera référence pour l'histoire de Sumatra et du détroit de Malacca, d'autre part des analyses intra-site précises qui devraient contribuer à cerner l'histoire de Kota Cina, dont l'occupation ancienne est pour l'instant datée entre la seconde moitié du XIème siècle et le début du XIVème siècle EC.
Les deux partenaires principaux de ce programme sont l'Ecole française d'Extrême-Orient et le Centre National de la Recherche Archéologique d'Indonésie. Un doctorant de l'université Paris I - Sorbonne conduit l'étude paléo-environnementale en collaboration avec des chercheurs du CNRS (UMR 8591 - Laboratoire de géographie physique Pierre Birot, Meudon; UMR 8586 - Pôle de Recherche pour l'Organisation et la Diffusion de l'Information Géographique) et de l'université Paris-Est Créteil. Deux nouveaux partenaires français sont associés au programme depuis 2015: Mme Bing Zhao, spécialiste des grès et porcelaines chinoises et d'Asie du Sud-Est (CNRS UMR 8155, Collège de France) ; M. Philipe Husi, Laboratoire Archéologie et Territoires (UMR 7324 - Université de Tours) qui intervient sur les poteries.
Le programme accueille des étudiants en master d'archéologie de l'université d'Indonésie (Jakarta), ainsi que des étudiants en histoire des universités UNIMED et USU de Medan.


 projets de recherche