Conférences HAS 2004

6 janvier

CHEN Ming (Université de Pékin, Institut d'orientalisme)

Les nouvelles recherches en France sur l'histoire de la médecine traditionnelle en Asie

(Académie des sciences, Institut d'histoire des sciences)

Les chercheurs français préparent actuellement, ou vont mettre en œuvre, deux programmes de recherche portant sur la médecine traditionnelle en Asie. Le premier est intitulé : " Médecine, religion et société en Chine médiévale. Etude des documents de Dunhuang ", le second " La médecine en Asie centrale au Moyen Age. Etude des documents en langues chinoise et étrangères découverts dans les contrées occidentales ". Le conférencier présentera ces deux programmes et fera le bilan des recherches qu'il a menées récemment en France avec l'aide du Centre de Pékin de l'Ecole française d'Extrême-Orient.

27 février

ZHOU Zhenhe (Université Fudan de Shanghai)

Henri Maspero et ses contributions à l'étude de la géographie historique chinoise

(Université de Pékin, Centre d'histoire de la Chine ancienne)

Henri Maspero a été pionnier dans bon nombre de disciplines sinologiques, notamment en ce qui concerne le taoïsme, la linguistique, l'histoire de la haute antiquité chinoise et du droit. Mais il s'est aussi illustré dans un domaine passé quasiment inaperçu : il s'agit de la géographie historique. Bien que dans cette discipline ses apports ne soient pas nombreux, ils n'en restent pas moins très importants. Plus concrètement, il a pu démontrer que la frontière de la première dynastie impériale des Qin ne s'étendait pas jusqu'au Vietnam, et que ce n'est que sous les Han que le nord et le centre du Vietnam devinrent partie intégrante de l'empire chinois, un point que les chercheurs chinois n'avaient jamais pu résoudre auparavant et qui mérite par conséquent toute notre attention.

14 avril

Jean-Yves MOLLIER (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

De la naissance de l'édition moderne en Europe à l'éclosion de la culture de masse, un siècle de mutations accélérées (vers 1780- vers 1880)

(Université de Pékin, Bibliothèque)

Les sociétés anciennes réservaient la lecture, l'écriture et la connaissance des classiques de la littérature à des cercles restreints de la population, pouvant mieux en contrôler les écarts. Cependant, elles se révélèrent incapables d'empêcher la revendication du plus grand nombre d'accéder aux mêmes compétences et aux mêmes loisirs. En se détachant de la Librairie d'Ancien Régime, l'édition moderne visa nécessairement la consommation de masse des produits culturels et non plus l'assouvissement des plaisirs de quelques-uns. L'éditeur Michel Lévy l'expliqua un jour à George Sand, un peu inquiète de voir ses livres entrer dans des collections conçues pour le grand public: il voulait créer un besoin de lire aussi puissant que celui de manger ou de boire.

11 mai

Jean-Pierre DREGE (Ecole Pratique des Hautes Etudes)

L'imprimerie chinoise s'est-elle transmise en Occident ?

(Académie des sciences de Chine, Institut d'histoire des sciences)

La diffusion des techniques asiatiques d'impression de l'Asie vers l'Occident est un sujet qui revient souvent chez les historiens chinois. En Occident, elle intéresse certes les spécialistes de l'imprimerie occidentale, mais surtout les sinologues. En fait les premiers sont souvent confrontés aux barrières linguistiques, tandis que les derniers le sont aux barrières techniques et ils finissent, la plupart des uns et des autres, par opter pour un silence prudent ou des considérations générales. Jean-Pierre Drège, directeur d'études de l'Ecole Pratique des Hautes Etudes (Paris - Sorbonne), a consacré ses études aux manuscrits de Dunhuang, aux premiers voyageurs européens en Asie, à l'épigraphie et à l'imprimerie chinoises. Il reprend, à son tour, les données à propos de cette transmission controversée et les différentes analyses qui en ont été proposées, pour avancer qu'un ensemble de faits isolés est encore loin de démontrer si et comment un transfert de technologie entre la Chine et l'Europe a pu avoir lieu.

15 juin

Marc KALINOWSKI (Ecole Pratique des Hautes Etudes)

La transmission et l'usage des écrits sur les sciences traditionnelles dans la région de Dunhuang du VIIIe au Xe siècle

(Académie des sciences sociales, Institut d'histoire)

Présentation de l'ouvrage Divination et société dans la Chine médiévale. Etude des manuscrits de Dunhuang de la Bibliothèque nationale de France et du British Museum. Marc Kalinowski éd., Bibliothèque nationale de France, Paris, 2003. La présentation sera l'occasion de s'interroger sur les modes de transmission des écrits sur les sciences traditionnelles dans la préfecture de Dunhuang à la fin des Tang et sous les Cinq dynasties.

23 juin

Marc KALINOWSKI (Ecole Pratique des Hautes Etudes)

Fonctionnalité calendaire dans les cosmogonies anciennes de la Chine

(Université de Tsinghua, Centre d'histoire de la pensée)

La conférence consistera en une présentation des récits de nature cosmogonique inclus dans le célèbre " Almanach de Chu " de Zidanku (Chu boshu), dans le manuscrit Taiyi shengshui????de Guodian ?? et dans le premier chapitre du Livre des documents (" Yaodian?? "). Seront abordées les questions de la structure narrative commune aux trois récits, de la place particulière qu'y occupent le calendrier et le cycle des saisons dans le processus d'aménagement de l'espace et du temps, et enfin des rapports qu'ils entretiennent avec les conceptions cosmologiques de la fin des Royaumes Combattants et des Han.

26 octobre

Daniel NORDMAN (CNRS)

Frontières de France : de l'espace au territoire (XVIe - XIXe)

(Académie des sciences sociales de Chine, Institut d'archéologie)

Par cette conférence, Daniel Nordman, directeur de recherche au CNRS (Paris), nous livre quelques réflexions extraites de son livre Frontières de France. De l'espace au territoire XVIe-XIXe siècle. Dans son analyse, il privilégie les représentations et les justifications historiques (traités, cartes anciennes, etc.) plus que la géographie historique, l'emplacement et les tracés proprement dits des frontières, et à distinguer l'espace et le territoire français. Il s'efforce principalement de définir trois notions géographiques. D'abord, la continuité, qui peut mettre en œuvre l'argumentation remontant aux origines ou établissant une jonction entre le présent et le passé immédiat (dans les deux cas, il s'agit bien des droits historiques). La notion de dépendance, ensuite : pendant longtemps, les institutions, les lieux sont liés les uns aux autres, ce qui explique les difficultés du partage spatial et la complexité des revendications territoriales, par exemple au temps de Louis XIV (XVIIe siècle) dans le nord de la France. Enfin, la contiguïté géographique : au XVIIIe siècle, la France, passant des accords frontaliers avec tous les États voisins, des Pays-Bas autrichiens aux principautés allemandes, au Piémont et à l'Espagne, pratique l'échange géographique de territoires supposés égaux en valeur, de part et d'autre d'une frontière désormais plus nette. Ces trois procédures ne se succèdent pas exactement dans le temps. Elles peuvent très bien s'enchevêtrer.

2 novembre

Franciscus VERELLEN (EFEO)

Guérison et rédemption dans le taoïsme des maîtres célestes

(Université de Pékin, Département de philosophie)

24 novembre

QIN Baoqi (Université du Peuple, Institut d'histoire Qing)

L'usage des documents d'archives et les enquêtes de terrain dans l'étude des sociétés secrètes à l'époque Qing

(Zhongguo guoji youyi cujinhui)

Depuis de nombreuses années, M. Qin Baoqi mène des recherches sur les sociétés secrètes et leurs influences sur les croyances populaires. En raison de leur caractère occulte, peu de documents issus de ces sociétés nous sont parvenus, de même que la littérature officielle est parfois lacunaire à leur sujet. Ainsi, afin d'approcher de plus près leur organisation et leur action, il est nécessaire de faire appel à d'autres matériaux historiques : les documents d'archives et les enquêtes de terrain se montrent très utiles en cela, même s'il faut les analyser scrupuleusement afin d'éviter des erreurs d'interprétation. Au travers de quelques exemples concrets, M. Qin Baoqi montrera comment leur usage combiné lui a permis de relever quelques erreurs relatives aux agissements des sectes du Non-Agir, de la Yaomen à Chuzhou (Zhejiang) au début des Qing et du Lotus bleu à la fin de la même dynastie, ainsi que de collecter des témoignages oraux sur les origines de la société du Ciel et de la Terre à Yunxiao (Fujian).

30 décembre

MENG Sihui (Musée du Palais)

L'antiquaire C.T. Loo et une série de peintures murales du IXe-Xe siècle

(Université de Pékin, Centre d'histoire de la Chine ancienne)

Dans divers musées des Etats-Unis et le Musée Guimet en France est conservée environ une vingtaine de fragments d'une peinture murale du IXe-Xe siècle provenant d'un monastère bouddhique chinois ; ce sont à ce jour les peintures murales de temple conservées les plus anciennes. Leurs " pérégrinations " sont intimement liées avec les activités de l'antiquaire C. T. Loo.
Dans la première moitié du XXe siècle, C. T. Loo jouissait d'une certaine réputation auprès des antiquaires et des conservateurs de musées en Europe et aux Etats-Unis, les archives de ces musées mentionnant pour un nombre important d'objets son nom. La conférencière a eu l'occasion de se rendre en juillet 2004 à l'ancienne adresse de la résidence de M. Loo à Paris, et constaté que ce bâtiment de style chinois présentait des décors muraux en étroites relations avec les peintures évoquées ci-dessus.

Actualité de l'EFEO
Publications de l'EFEO

Afin de mettre en valeur ses publications, l'EFEO vient de mettre en ligne un nouveau site qui leur est dédié.
Vous pouvez désormais consulter le catalogue de l'ensemble des ouvrages publiés depuis la création de l'EFEO et acheter directement ceux qui vous intéressent ICI.
L'EFEO sur Instagram

Suivez la photothèque virtuelle de l'EFEO sur son compte Instagram : ecolefrancaisedextremeorient
Voeux 2017 / Season's Greetings 20017
Paris, France,

L'Ecole française d'Extrême-Orient vous présente ses meilleurs vœux pour la nouvelle année
The French School of Asian Studies wishes you a Happy New Year

Click here to open the animation
Colloque sur le droit civil en Chine sous la dynastie Qing (1644-1911)
Chine, Pékin, 26 septembre 2013
Dans le cadre du programme ANR "Régir l'espace chinois", le Centre EFEO de Pékin, en collaboration avec le département de droit de l'université de Tokyo et le Bureau français de la Maison franco-japonaise (Tokyo), organise un colloque autour de la question du droit civil en Chine sous la dynastie Qing (1644-1911). Il se tient à la Maison franco-japonaise les 26-27 septembre.
30th anniversary of Dunhuang and Turfan Studies
Chine, Pékin, 17 août 2013
Liying Kuo participe à l'international symposium on the thirtieth anniversary of the founding of the Association of Dunhuang and Turfan Studies à Capital Normal University de Pékin.
 EN SAVOIR PLUS
Conférences HAS
Chine, Pékin, 07 juin 2013
M. Robert Descimon, directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales fait une conférence sur : " La vénalité des charges publiques en France durant l'Ancien Régime (16e-18e siècle) : crédit public et/ou corruption ?" EN SAVOIR PLUS
Atelier de travail sur le Daxue yanyi bu
Québec, Montréal, 01 mai 2013
Luca Gabbiani participe à l'atelier de travail « Statecraft in late imperial China: readings from Qiu Jun's Daxue yanyi bu ». EN SAVOIR PLUS
Conférence sur les villes chinoises
France, Lyon, 19 avril 2013
Communication de Luca Gabbiani sur : « Les villes chinoises ont-elles une histoire? ». EN SAVOIR PLUS
Conférence sur le père Anatole Ghestin (1873-1961)
France, Paris, 16 avril 2013
Luca Gabbiani prononce une conférence intitulée « Le père Anatole Ghestin (1873-1961) : le singulier destin d'un missionnaire jésuite dans la Chine du premier XXe siècle ». EN SAVOIR PLUS
Conférences HAS
Chine, Pékin, 27 mars 2013
Conférence de M. A Feng, chercheur à l'institut d'histoire de l'Académie chinoise des sciences sociales, intitulée : « Pièces à conviction, preuves et procédure judiciaire civile sous la dynastie des Ming ». EN SAVOIR PLUS