15 janvier

ZHAO Shiyu (Université normale de Pékin)

Cultes officiels et croyances populaires

(Musée du folklore de Pékin)

Cette conférence aura pour thème des recherches sur les temples de Pékin conduites essentiellement à partir des stèles des temples du Pic de l'Est (Dongyue miao) et de la déesse des Nuages bigarrés (Bixia yuanjun miao). Les cultes officiels sont promulgués par l'Etat, tandis que les croyances populaires désignent ce que les fonctionnaires appelaient les cultes divers ou illégaux. Dès l'époque des Ming, les premiers se sont popularisés et les seconds ont retenu l'attention, de manière officieuse, du pouvoir. Autrement dit, l'interaction entre cultes officiels et croyances populaires s'est accentuée.

21 mars

ZHUANG Kongshao (Université du Peuple)

Réactiver les traditions. Les Yi du Yunnan face à la consommation des drogues

(Université normale de Pékin)

L'organisation clanique, les croyances et les coutumes sont en général les thèmes privilégiés par les ethnologues. Mais on peut aussi se demander quel usage une ethnie telle que les Yi a fait de sa culture traditionnelle pour répondre à des fléaux modernes comme la drogue et le sida. Des résultats d'enquêtes ethnologiques ont en effet montré que la réactivation des traditions ancestrales pouvait jouer un rôle dans la résolution des maux de la société.

24 septembre

Pierre PICHARD (EFEO)

Permanences et diversités du monastère bouddhique

(Université de Tsinghua, Institut d'architecture)

Au cours de l'histoire, le monastère bouddhique a pris dans chaque pays une configuration particulière sous l'influence des traditions architecturales locales ou de développements doctrinaux. Singulièrement variés dans leur forme et leur aspect, ses bâtiments répondent pourtant à des fonctions analogues et relativement permanentes.

4 novembre

LIU Dun (Institut d'histoire des sciences)

Mathématiques et archéologie

(Université de Pékin, Centre d'histoire de la Chine ancienne)

L'introduction en Chine de l'histoire de la pesée de l'or par Archimède et la méthode chinoise de fausse position double montre qu'un même savoir peut connaître dans des contextes culturels différents une histoire contrastée. Le conférencier présentera la découverte récente d'un traité de mathématique dans une tombe datée du IIIe siècle avant notre ère et la redécouverte d'un manuscrit de la fin des Ming et du début des Qing, afin d'illustrer la nécessaire complémentarité des sources documentaires et des sources archéologiques dans le domaine de l'histoire des sciences.

28 novembre

Eric BOEDA (Université de Paris X-Nanterre)

Les relations entre l'Asie de l'ouest et l'Asie de l'est durant le paléolithique

(Académie des sciences de Chine, Institut de paléontologie)

Nos collègues chinois défendent l'idée d'une présence humaine très ancienne dans l'Est asiatique avec force et conviction à partir de quelques découvertes. Mais cette idée est reçue avec un certain scepticisme de la part de la communauté internationale. La situation est devenue délicate et les positions prises par chacun des acteurs rendent difficile le maintien d'un vrai débat scientifique. Sans entrer dans le détail, nous allons essayer de présenter quelques éléments de la controverse.

3 décembre

Françoise LAUWAERT (Université libre de Bruxelles)

La répression du parricide sous les Qing

(Université du Peuple, Institut de droit)

La piété filiale et le respect de la hiérarchie sont ordinairement présentés comme des traits caractéristiques de la société traditionnelle chinoise. La conférencière voudrait montrer, à partir d'une étude détaillée de la jurisprudence chinoise, que ces valeurs ont été inculquées par les procédés les plus énergiques. Etayées sur la riche réflexion rituelle poursuivie depuis l'Antiquité, les lois ont systématiquement sanctionné chez les membres des générations les plus jeunes et chez les femmes les manquements à une morale de la soumission. En s'attachant plus particulièrement à souligner le caractère à la fois exceptionnel et central des lois sur la violence survenant dans le cadre de la famille ordonnée par le deuil, l'auteur développera ce qu'il a appelé " le meurtre en famille ".

18 décembre

ZHANG Baishun et WANG Yangzong (Institut d'histoire des sciences)

Histoire des sciences et techniques en Chine moderne et contemporaine

(Université de Tsinghua)