20 mars

WANG Xiaofu (Université de Pékin, Département d'histoire)

Migrations et répartition des ethnies de la Chine septentrionale du VIe au Xe siècle

(Académie des sciences sociales de Chine, Institut d'histoire)

6 avril

Michel REDDE (Ecole pratique des Hautes études)

Textes littéraires et réalités archéologiques. Le cas d'Alésia

(Académie des sciences sociales de Chine, Institut d'archéologie) :

La bataille d'Alésia en 52 avant notre ère est généralement considérée comme l'élément fondateur de l'histoire de France. La défaite des peuples gaulois conduits par Vercingétorix face aux légions romaines de Jules César fit en effet entrer la France dans l'Empire romain. Le seul récit de cette bataille qui nous soit parvenu est signé de la main même de César. Les premières fouilles menées sur le site furent ordonnées par Napoléon III en 1861. En 1991, de nouvelles fouilles furent entreprises. Michel Reddé montrera les écarts qui existent entre la description du texte de César - un texte qui répond à des canons à la fois littéraires et militaires et dont la nature n'est pas de décrire de manière précise mais de servir de faire valoir son auteur à Rome - et la réalité du terrain. Il nous invitera donc à réfléchir sur la manière dont s'écrit l'histoire et sur la place que tient l'archéologie dans cette réflexion.

16 mai

Claudine SALMON (CNRS)

Les inscriptions comme source d'importance pour l'étude de la diaspora chinoise

(Université de Pékin, Exchange Centre Building)

15 juin

Isabelle THIREAU (CNRS)

Le processus de formation de références normatives communes : une analyse des plaintes rédigées par des ouvriers migrants

(Université normale de Pékin)

23 octobre

Catherine JAMI (CNRS)

Histoire des sciences et histoire des religions : les études occidentales à la fin des Ming et au début des Qing

(Académie des sciences de Chine, Institut d'histoire des sciences)

Les chercheurs de deux différentes disciplines - l'histoire des religions et l'histoire des sciences - ont pendant très longtemps étudié de manière séparée l'histoire du christianisme en Chine et l'introduction de la science européenne à la fin des Ming et au début des Qing. Des recherches faites récemment en Europe, qui allient études en chinois et en japonais, mais aussi en langues européennes, ont tenté de mettre ensemble ces deux champs de savoir afin d'avoir une vue plus complète et exhaustive. Dans cette conférence, Catherine Jami montrera en quoi cette nouvelle approche a changé notre compréhension de la transmission et de la réception de la science.

15 novembre

WANG Zengyu (Institut d'histoire de l'académie des sciences sociales de Chine)

La procédure institutionnelle de la remontrance dans la culture politique de la Chine impériale

(Université de Pékin, Centre de recherche sur l'histoire de la Chine ancienne):

13 décembre

XU Pingfang (Institut d'archéologie de l'académie des sciences sociales de Chine)

Histoire et protection des Hutong de la ville ancienne de Pékin

(Université de Tsinghua, Département d'architecture)