Valérie Gillet

 

Aix-en-Provence, 1975

Membre depuis 2007

 

Après avoir soutenu en 2006 un doctorat intitulé « La création d’une iconographie Śivaïte narrative: Incarnations du dieu dans les temples pallava construits » en Études Indiennes à l’Université Paris III-Sorbonne Nouvelle sous la direction de Prof. Nalini Balbir, Valérie Gillet devient Maître de conférence à l’EFEO en 2007. Elle est dès lors affectée au centre de Pondichéry où elle poursuit ses recherches sur les vestiges du pays tamoul. Elle a assumé la charge de Responsable du centre entre mai 2011 et février 2016. Depuis février 2016, ayant prolongé son séjour en Inde de presqu’une année, elle se consacre entièrement à ses recherches.

Les monuments retrouvés sur les territoires contrôlés par les deux dynasties majeures sud-indiennes, les Pallavas et les Pāṇḍyas, ainsi que par les dynasties dites « mineures » telles que les Muttaraiyars, les Paḻuvēṭṭaraiyars et les Irukkuvēḷs, sont au cœur des recherches de Valérie Gillet. Ces vestiges, pour la plupart assignés à la deuxième moitié du premier millénaire, se composent essentiellement de monuments religieux, la majorité d’entre eux dédiés à des divinités brahmaniques.

Afin de d’aborder les questions qui gravitent autour de ces monuments, et d’éclairer des pans de l’histoire socio-économique et politique de cette période et de cette région qui s’étend de la pointe méridionale du sous-continent indien jusqu’à l’Andhra Pradesh au nord, Valérie Gillet étudie l’histoire de ces temples en se concentrant particulièrement sur l’épigraphie et l’iconographie qui ornent leurs façades. Ces éléments combinés, parfois mis en résonnance avec la littérature sanskrite et tamoule de l’époque, contribuent à la compréhension de divers aspects de l’histoire politique, socio-économique et religieuse sud-indienne. Valérie Gillet s’intéresse particulièrement à plusieurs d’entre eux : l’organisation et le fonctionnement de sites qui regroupent plusieurs temples ; la construction de l’espace sacré et l’impact du politique et de l’économie dans la construction de cet espace sacré ; l’histoire du culte de Subrahmaṇya en pays tamoul ; l’implication politique et religieuse des rois Pāṇḍyas dans le Delta de la Kaveri ; le fonctionnement politique et la production artistique et religieuse des dynasties mineures ; les processus de construction, reconstruction, rénovation, modification au cours du premier millénaire, et la manière dont ils sont exprimés.

Après avoir examiné les sites de Tirupparaṅkuṉṟam, Tiruccentūr et Tiruttaṇi liés au culte de Subrahmaṇya, Valérie Gillet se tourne vers l’étude d’autres sites tels que Caluvaṅkuppam, au nord de Mahābalipuram, et Kaṇṇaṉūr, près de Pudukkottai, dédiés à la même divinité, ainsi que vers les sites de la région de Pudukkottai (Nārttamalai, Malaiyaṭipaṭṭi, Tirumeyyam, Tirugokarṇam, etc.) et de la région de Trichy et Tanjore (Kiḻaiyūr/Melappaḻuvūr, Tillaisthānam, Tirukkōṭikkāval, Tiruveḷḷaṟai, etc.), où les dynasties mineures jouent un rôle important, mais où les dynasties dites « majeures » s’impliquent également.

 

Valérie Gillet
Valérie Gillet

Maître de conférences

Histoire et archéologie du monde indien

Ecole française d'Extrême-Orient
Centre d'Indologie
Po Box 151
16-19 rue Dumas
605 001 Pondichéry, Inde
Tél. : + 91 413 233 45 39
Fax : + 91 413 233 08 86
valerie.gillet@efeo.net