Franciscus Verellen

Rituel et société dans la Chine médiévale : La Voie des Maîtres célestes 天師道

Le taoïsme en tant que religion organisée plonge ses racines dans le mouvement primitif des Maîtres célestes sous la période des Han postérieurs (AD 25-220). Le programme Rituel et société examine d'abord les fondations rituelles de ce mouvement dans le contexte de la mythologie régionale du Sichuan, ensuite il en étudie la grande réforme par le patriarche Lu Xiujing sous la dynastie des Liu Song (420-479), puis l'évolution du principal Rituel de présentation de requêtes sous les Six dynasties (220-589), pour enfin se pencher sur les profondes transformations du mouvement au moyen-âge chinois sous la dynastie des Tang (618-907). L'accent est mis sur la communauté des Maîtres célestes et le rituel qui anime l'organisation cléricale et laïque de celle-ci. Le modèle que constitue la Présentation de requêtes au sein de ce mouvement permet de définir le système de croyances du mouvement et les attentes sotériologiques des fidèles à différents niveaux d'une commune. On voit aussi combien l'adoption de la moralité karmique et des rites mortuaires bouddhiques a profondément marqué la pensée et les pratiques chinoises relatives à la guérison et la rédemption de cette époque, si bien que certaines incohérences entre doctrine et pratiques apparaissent, guère conciliées, dans les pétitions liturgiques conservées et les écrits funéraires découverts dans les tombes.

Gao Pian 高駢 (822-887) : soldat, homme d'État, architecte à la fin de l'empire Tang

Le parcours de Gao Pian constitue un cas d'étude concernant les rapports entre autonomie régionale et innovation à la fin des Tang et sous les Cinq dynasties (850-965). Gao est un personnage hors du commun de l'histoire militaire, politique, et intellectuelle de cette époque. L'architecte des citadelles médiévales de Hanoi et de Chengdu, ainsi que d'ouvrages d'ingénierie civile et militaire à grande échelle dans plusieurs régions frontalières de la Chine, Gao fut aussi bien un homme d'État charismatique, attiré par les arts occultes et la stratégie, qu'un grand curieux, adepte taoïste et un poète talentueux. Après avoir combattu les Tibétains au Gansu, Gao mena, d'abord comme général puis comme commandant-en-chef des armées Tang, les guerres pour repousser les invasions du royaume Nanzhao (864-879) sur les frontières du sud-ouest et puis pour contenir la rébellion Huang Chao (875-884) dans le Shandong et la région du Bas-Yangzi. En tant que gouverneur militaire Gao marqua notamment le Protectorat général d'Annan (Vietnam du nord) et la province du Xichuan (Sichuan), avant de prendre le pouvoir en quasi souverain de la région du Huainan (Anhui).

Franciscus Verellen
Franciscus Verellen

Directeur d'études

EFEO Centre
Institute of Chinese Studies
The Chinese University of Hong Kong, Shatin, NT
Hong Kong, China
Tel. +852 3943 7369


franciscus.verellen@efeo.net