Jakarta
Indonésie
FRANCAIS | ENGLISH


Responsable : Véronique Degroot

École française d'Extrême-Orient
Jl. Ampera III no.26
Kemang
Jakarta Selatan 12550
Indonesia
Tel/fax +62 21 781 14 76
+62 21 781 47 85 veronique.degroot@efeo.net


PRÉSENTATION
BIBLIOTHÈQUE
Archipel 91 - Études interdisciplinaires sur le monde insulindien
09 MAI 17
Le numéro 91 de la revue Archipel est disponible à la bibliothèque. Archipel est une revue à la fois scientifique et accessible au grand public, entièrement consacrée à l'Asie du Sud-Est insulaire. Dans ce numéro, on trouvera deux dossiers, l'un consacré à l'archéologie de Sumatra, l'autre intitulé Littérature d'exil, ainsi que des articles sur l'Indonésie contemporaine. On retiendra entre autres :
- Rémy Madinier, "Jokowi, un trublion dans la Reformasi des oligarques"
Aux yeux de la plupart des observateurs, les élections présidentielles de 2014 donnèrent lieu à un affrontement homérique opposant des candidats représentant deux versions radicalement différentes d'une même critique de l'évolution politique de l'Archipel. Parvenue au bout de ses contradictions - une démocratie institutionnellement irréprochable mais largement confisquée par un népotisme tout empreint de la culture politique du régime Suharto, L'Indonésie semblait prête à s'abandonner aux vertiges du populisme rétrograde qu'incarnait Prabowo Subianto. Cependant, la croissance économique, les acquis de la liberté d'expression et surtout l'émergence, dans le cadre de la décentralisation, d'une génération capable de construire un nouveau lien avec le peuple offrirent une alternative progressiste à cette désillusion. Joko Widodo, dit Jokowi, gouverneur de Jakarta et ancien maire de Solo, issu d'un milieu très populaire, fut élu septième président de la République d'Indonésie. L'immense espoir soulevé par cette élection a cependant été en partie déçu. Bousculant les habitudes d'une étroite élite politique, Jokowi a dû affronter, jusqu'au sein de son propre parti, de puissantes résistances qui l'ont contraint à établir une hiérarchie délicate et contestée dans la mise en oeuvre de son programme.
- Henri Chambert-Loir, "Locked Out: Literature of Indonesian Exiles Post-1965"
La "littérature d'exil" indonésienne désigne l'ensemble des écrits d'auteurs indonésiens qui furent contraints de vivre à l'étranger pour des raisons politiques après le putsch du 30 septembre 1965. Ces exilés, au nombre d'environ 500, passèrent une quinzaine d'années dans des pays socialistes, en particulier la Chine, l'URSS, le Vietnam et l'Albanie, suivant pour la plupart une formation militaire et idéologique et se préparant à porter la révolution contre l'Ordre Nouveau de Soeharto. Ils partirent finalement pour l'Europe de l'Ouest dans les années 1980 et s'installèrent dans des pays capitalistes comme les Pays-Bas, la France et la Suède. Ces exilés ont produit un corpus d'ouvrages important, environ 130 livres, parmi lesquels se trouve un grand nombre d'autobiographies. Les exilés écrivent principalement dans le but de recouvrer leur identité : ils ont été exclus, ils veulent rentrer chez eux et être reconnus à nouveau comme des citoyens indonésiens. La plupart d'entre eux, cependant, sont retournés en Indonésie en visite, comme citoyens européens, demeurant définitivement des exilés.


 bibliothèque