Pékin
Chine
FRANCAIS | ENGLISH


Responsable : Guillaume Dutournier

École française d'Extrême-Orient
EFEO Beijing Center, 56 Zhuzhong hutong, Xicheng District
100009 Beijing鑄鐘胡同56號
西城區100009 北京市
Tél/fax +86 10 64 00 69 99 guillaume.dutournier@efeo.net
efeo2002@yahoo.com.cn


PRÉSENTATION
Conférences Histoire, Archéologie et société.no. 125
20 DÉCEMBRE 12
Principe de légalité et règle de droit dans la tradition juridique chinoise 

Jérôme Bourgon

Centre national de la recherche scientifique, Institut d’Asie orientale, Lyon  Il est fréquent d’entendre que « la Chine n’avait pas de droit » avant d’importer les législations d’Occident au début du XXe siècle. Ou qu’elle avait « seulement un droit pénal », mais pas de droit civil. La Chine, certes, avait des lois, mais certainement pas de Droit, en tout cas pas « un Droit digne de ce nom », encore moins un « état de droit » ! Autant de jugements sommaires, reposant sur une définition des plus incertaines du droit et sur une méconnaissance profonde de l’histoire chinoise, ou plus simplement sur des préjugés culturalistes. L’objet de cette conférence est de montrer que la Chine impériale a développé avant toute autre civilisation deux notions qui sont à la base de la conception moderne du droit : le principe de légalité des délits et des peines, et la règle de droit. Le principe de légalité des délits et des peines formulé en Europe à la fin du XVIIIe siècle contraint le juge à ne punir que les actes que la loi a préalablement définis comme des crimes punissables, et à ne punir ces crimes que par la ou les peines prévues par la loi. La règle de droit est l’opération mentale qui consiste à rapporter un cas particulier à la règle générale énoncée dans la loi pour en déduire la sanction à appliquer à ce cas particulier. Ces deux notions étaient couramment pratiquées par les juges chinois des siècles avant que la Révolution française en fasse la règle commune du droit en Europe continentale. Des penseurs modernes, comme le théoricien de la justice John Rawls, y ont vu les principes de base d’une société juste et démocratique. Dans la Chine traditionnelle c’était la raison d’une certaine stabilité des institutions et d’une exigence de justice profondément ancrée dans la population.  

Date :     Jeudi 20 décembre 2012 à 9 heures

Lieu :     Institut d’histoire de l’Académie des chinoise sciences sociales, salle de réunion 1246         (中国社会科学院历史研究所,1246会议室)                Avenue Jianguomen, no 5 (建国门内大街5号)

Contact :   Lou Jin ( Institut d’histoire de l’Académie chinoise des sciences sociales )Tél. : 85 19 58 05 (bureau) ; E-mail : gaomo2002@yahoo.com.cnLuca Gabbiani (EFEO)          Tél. : 64 00 69 99 (bureau) ; E-mail : efeo2002@yahoo.com.cn

 2016
 2015
 2014
 2013
 2012
    DÉCEMBRE     SEPTEMBRE     JUIN     AVRIL     MARS  2011
 2010
 2009
 2008
 2007
 2006
 2005
 2004
 2003
 2002
 2001
 2000
 1999
 1998
 1997
 1996