Siem Reap
Cambodge
FRANCAIS | ENGLISH


Responsable : Eric Bourdonneau

EFEO Angkor

Eric Bourdonneau
Maître de conférences de l'École française d'Extrême-Orient

Phum Boeng Daun Pa, Slorkram, Siem Reap
PO BOX 93300, Siem Reap, Cambodia
Tél & fax: (855) 63 964 226
Mobile : (+855) 17 934 300
eric.bourdonneau@efeo.net


BIBLIOTHÈQUE
PRÉSENTATION
MAFKATA 2013
02 MAI 13
La campagne de fouilles 2013 de la Mission Franco-Khmère pour l'Aménagement du Territoire Angkorien (MAFKATA) a amené à la découverte d'un temple inédit dans la digue du Baray Occidental, le Prasat Poy Ta Chap. 


La campagne de cette année visait à approfondir la connaissance des sites préangkoriens de la région d'Ak Yum. Une campagne d'investigation par géoradar réalisée au début janvier 2013 a confirmé l'existence d'un canal en pied de digue à Ak Yum et de structures architecturales à Tuol Ta Trao. Mais le géoradar a été inopérant pour relever l'organisation d'installations domestiques sur les terre-pleins méridionaux d'Ak Yum, et y guider les fouilles qu'on y programmait. Nous avons donc reconsidéré l'opportunité d'y étendre dès cette année les fouilles de 2012. Bénéficiant des nouvelles données topographiques détaillées du LiDAR, une série de prospections a alors été conduites dans la région pour vérifier l'état des sites et leur accessibilité. Le site inédit de Prasat Poy Ta Chap CP634 a été retenu pour y conduire les fouilles de 2013. Situé près de l'angle sud-ouest du baray occidental, sur sa berge extérieure, le site de Prasat Poy Ta Chap avait été découvert en 1997 par C. Pottier et quelques indices suggéraient l'existence d'un établissement ancien recouvert par la digue du baray, offrant une opportunité rare pour y étudier l'installation et les modifications d'un établissement avant son scellement par le baray.


La campagne de fouilles a été réalisée du 5 février au 20 février, suivie d'une période d'analyse d'environ un mois. Les fouilles ont été rebouchées le 19 mars et l'étude du matériel s'est prolongée pendant trois mois. Les opérations de fouilles ont conjugué fouilles manuelles et moyens mécaniques, et ont été contraintes par la puissance des remblais de la digue du baray à l'est, et la présence d'une nappe phréatique haute à l'ouest. Trois zones de fouille ont permis toutefois d'identifier la façade orientale du sanctuaire disparu et d'investiguer ses abords méridionaux et occidentaux. Les fouilles à Poy Ta Chap ont donc révélé la présence d'un important sanctuaire inédit, érigé vraisemblablement entre la fin du 8ème à la première moitié du 9ème siècle. Il est demeuré en activité pendant une première phase de construction du baray occidental durant la première moitiés du 11ème siècle. Le rehaussement et l'élargissement de cette digue a conduit à la destruction intégrale du sanctuaire alors qu'un  canal était aménagé en pied de digue, mais aucune activité ne semble avoir pris place sur les digues du baray. Le cas de Poy Ta Chap constitue un cas inédit de fondation postérieure à l'établissement d'Ak Yum, et pourrait témoigner de l'activité du roi Jayavarman III dans cette région.

 fouilles archéologiques