CRISEA (2017-2020)

crisea logo

Conçu par un groupe de sept institutions européennes et six institutions sud-est asiatiques, le projet de recherche « Competing Regional Integrations in Southeast Asia » (CRISEA) piloté par l'EFEO a remporté un financement de 2,5 M€ dans le cadre du Programme Horizon 2020 de la Commission européenne.

Officiellement lancé le 1er novembre 2017 pour une durée de trois ans, CRISEA est coordonné par Yves Goudineau (direction@efeo.net) et Jacques Leider (jacques.leider@efeo.net) sur le plan scientifique et Élisabeth Lacroix (ideas.lacroix@gmail.com) pour la gestion. Un site internet dédié, actuellement en cours de construction, sera consultable à l'adresse www.crisea.eu.

CRISEA vise trois objectifs: 1) étudier les multiples forces, à la fois internes et externes, qui s’affrontent autour de l'intégration régionale en Asie du Sud-est et les défis que cette compétition pose aux populations de la région ainsi qu’à son cadre régional l’ASEAN ; 2) rendre les résultats de cette recherche accessible aux décideurs politiques  ainsi qu’au grand public; et 3) renforcer l'Espace européen de la recherche (ERA) par le développement de la coopération scientifique entre l'UE et l'ASEAN.

Structuré autour de cinq « Work Packages » thématiques, CRISEA mènera des recherches interdisciplinaires sur les « arènes » suivantes où les diverses forces en concurrence dans la région s’affrontent:

1. L'Environnement: sécuriser les biens communaux

L'Université de Chiang Mai (Thaïlande) et l'Université de Lodz (Pologne), dirigeront l'équipe de chercheurs qui étudiera dans quelle mesure la compétition autour des « biens communaux » dans la région - en milieu marin, fluvial, agricole, forestier et aérien - a atteint un point critique, avec des conséquences potentiellement sérieuses en matière de sécurité nationale. L'hypothèse de CRISEA est qu'une absence de réponse aux défis environnementaux transnationaux pourrait fragiliser la légitimité du projet de l'ASEAN.

2. L'Economie: modèles concurrents et pratiques du capitalisme

L'Université de Malaya examinera en collaboration avec l'Université de Naples L'Orientale (Italie) les effets du « développement inégal », qui en piégeant la main d'œuvre dans des mouvements migratoires précaires et en sapant la stabilité sociale, pourraient à terme éroder les différentes formes de capitalisme développemental adoptées par les États sud-est asiatiques ainsi que le modèle d'intégration régionale proposé par l'ASEAN.

3. L'Etat: contester l'Etat libéral

L'Université de Cambridge (Royaume-Uni) et l'Académie des sciences sociales du Vietnam tenteront de déterminer si les forces qui défient aujourd'hui l'Etat libéral dans la région et au-delà, annoncent une ère nouvelle en Asie du sud-est, où la gouvernance serait ouvertement légitimée par des groupes d'intérêts qui s'opposent aux valeurs libérales sur lesquelles le modèle politique de l'ASEAN est fondé.

4. Identité: forger une appartenance régionale

L'Université d'Hambourg (Allemagne) et l'Université Ateneo de Manila (Philippines) évalueront dans quelle mesure l'acceptation et la reconnaissance de la différence - au cœur de tout processus d'intégration régionale - sont actuellement minées par la crise de la mondialisation et risquent d'être marginalisées au profit d'une légitimité fondée sur une appartenance nationale et culturelle homogène.

5. La région: la centralité contestée de l'ASEAN

L'EFEO (France) et l'Université de Mandalay (Myanmar) évalueront la capacité de l'ASEAN à relever les défis auxquels la région doit faire face, dans un environnement géopolitique mondial en rapide évolution, et à apporter des solutions aux problèmes de sécurité non traditionnels (environnement, trafic, migration, etc. .) conservant ainsi un rôle prépondérant dans la garantie d'un ordre régional pacifique. Grâce à la contribution de l'Institut des Sciences Sociales et Politiques de l'Université de Lisbonne, l'admission du Timor-Leste à l'ASEAN fera l'objet d'un examen dans le cadre de ce Work Package.

Trois thèmes transversaux - la migration, le genre et la sécurité - seront examinés dans les cinq Work Packages.

Le Centre d'Etudes Stratégiques et Internationales (Indonésie) est chargé de la diffusion des résultats du projet avec le soutien de l'Université d'Oslo (Norvège). Conçue pour maximiser la mobilité et les relations de personne à personne, la stratégie de diffusion de CRISEA encourage la «diffusion par le dialogue» et comprendra:

  • des événements de diffusion à l'attention de publics cibles qui auront lieu en Europe et en Asie du Sud-Est (ateliers, briefing sessions, forums politiques et conférences publiques)
  • des publications, communiqués de presse, films documentaires et notes de synthèse à l'attention des décideurs politiques

Les résultats innovants en matière de recherche de pointe sur la question de l'intégration régionale en Asie du Sud-est serviront à renforcer le dialogue entre les chercheurs en sciences humaines et sociales et la sphère politique. Prenant la suite des projets FP7 IDEAS et SEATIDE, coordonnés par l'EFEO entre 2010 et 2016, CRISEA contribuera ainsi de manière significative à la diplomatie européenne en valorisant les échanges et la coopération scientifique et le rôle de l'UE en tant qu'acteur mondial dans leur promotion.