Historique

statue

Les années indochinoises

L’École française d’Extrême-Orient est fondée en 1898 à Saigon, sous la dénomination originelle de Mission archéologique d'Indo-Chine. Créée sous la double impulsion des orientalistes de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et du gouvernement général de l’Indochine, les premiers veulent encourager le séjour de chercheurs sur le terrain en Asie – à l’instar de ce qui se fait déjà à Athènes, à Rome ou au Caire – le second souhaite la fondation d’une institution qui puisse prendre en charge l’inventaire et la préservation du patrimoine culturel indochinois. En 1900 la dénomination de l'institution est changée : elle porte désormais le nom d'École française d’Extrême-Orient. En 1902, le siège de l’École est installé à Hanoï avec pour missions scientifiques principales l’exploration archéologique, la collecte de manuscrits, la conservation des monuments, l’inventaire ethnographique des groupes ethniques, l’étude du patrimoine linguistique, sans oublier l’histoire de toutes les civilisations asiatiques, de l’Inde jusqu’au Japon. En appui à cette vaste ambition scientifique, une bibliothèque et un musée, devenu depuis Musée national d’Histoire du Vietnam, viendront bientôt compléter l’installation du siège. D’autres musées suivront : Da Nang, Saigon, Hué, Phnom Penh, Battambang, etc. En 1907, l’EFEO reçoit la charge de la Conservation du site monumental d’Angkor. Cette première période de l’École reste marquée par des collaborateurs prestigieux qui comptent toujours parmi les grands noms de l’orientalisme : Paul Pelliot, Henri Maspero, Paul Demiéville en sinologie ; Louis Finot, George Cœdès pour l’épigraphie indochinoise ; Henri Parmentier pour l’archéologie, Paul Mus, pour l’histoire des religions…

Le redéploiement

Après 1945 s’ouvre une nouvelle période pour l’EFEO. Malgré la guerre, et grâce à une volonté sincère de coopération scientifique avec les nouveaux États indépendants, ses membres vont poursuivre leurs travaux en Asie du Sud-Est continentale : ethnologie, études sur le bouddhisme, sur les langues, sur les littératures, et bien sûr archéologie, avec les grands chantiers de reconstitution des monuments d’Angkor par la méthode de l’anastylose. En 1957, l’École doit cependant quitter Hanoi, puis Phnom Penh en 1975. Elle met cette période complexe à profit pour élargir ses implantations et développer de nouvelles coopérations scientifiques. Dès 1955, en Inde, un centre permanent est ouvert à Pondichéry, pour conduire des recherches sur la littérature sivaïte et sur l’histoire de l’art du sud du pays, auquel sera plus tard adjointe une antenne à Pune. La fin des années 1950 voit aussi la mise en place à Jakarta d’un centre qui accueille des spécialistes d’épigraphie religieuse et des archéologues. À partir de 1968, au Japon, l’Institut du Hobogirin réunit à Kyoto des spécialistes de l’histoire du bouddhisme chinois et japonais tandis que, quelques années après, un centre est constitué à Chiang Mai consacré au bouddhisme sud-est asiatique. À cette période restent associés, parmi d’autres, les noms de Jean Filliozat pour l’indianisme, Rolf Stein pour la sinologie et la tibétologie, Bernard Philippe Groslier pour l’archéologie à Angkor, Charles Archaimbault pour l’ethnologie du Laos, Maurice Durand pour les études vietnamiennes…

L’EFEO au XXIe siècle

La fin des conflits et une relative stabilité politique en Asie du Sud-Est ont permis, à la demande des scientifiques locaux, la réinstallation de l’EFEO dans la péninsule indochinoise. Au Cambodge d’abord, en 1990, avec la restitution du terrain de Siem Reap par les autorités et la reprise de grands chantiers archéologiques à Angkor. Mais aussi, trois ans plus tard au Laos, puis à Hanoi où l’École dispose désormais d’un nouveau centre, équipé d’une bibliothèque, et mène des travaux d’édition (corpus épigraphique) et des recherches en histoire et en anthropologie. Ce retour sur son lieu de naissance n’a pas freiné la poursuite du redéploiement de l’EFEO. Redéploiement géographique : antennes à Kuala Lumpur, à Hongkong (Université chinoise), à Taipei (Academia sinica), à Tokyo et à Séoul, enfin un centre à Pékin en 1997. Redéploiement thématique aussi, avec un élargissement vers le  monde contemporain : étude de réseaux de commerçants indiens, histoire démographique récente des hauts plateaux de la péninsule indochinoise et question de l’intégration des populations minoritaires, nouvelles dynamiques religieuses en contextes chinois, thaï ou  indonésien, évolution des politiques patrimoniales… L’EFEO aborde le XXIe siècle en intégrant résolument les apports des nouveaux outils technologiques et en situant encore davantage ses travaux dans le cadre de la coopération internationale, asiatique et européenne notamment.

Actualité de l'EFEO
Conférence lundi 11 septembre ''Kaesong, une belle endormie''
Paris, France,

Lundi 11 septembre dans le cadre du programme de l'EFEO Histoire et archéologie du site de Kaesong, RPDC Élisabeth Chabanol organise la conférence « Kaesong, une belle endormie : patrimoine et patrimonialisation d'une capitale historique de Corée »

De 13h à 18h, Masion de l'Asie, Salon du 1er étage, 22 avenue du Président Wilson 75116 Paris
Nouvelle parution

Khao Sam Kaeo

An Early Port-City between the Indian Ocean and the South China Sea

EN SAVOIR PLUS
Nouvelle parution

Aimables ermites de notre temps

Récits composés par Sairo 西鷺軒, alias Kyōsen 橋泉, et préfacés par Ihara Saikaku 井原西鶴

EN SAVOIR PLUS
Allocation de terrain EFEO - 1er semestre 2018
Paris, France,

La date limite de dépôt des dossiers de candidature à l'allocation de terrain permettant aux étudiants en Master II et en doctorat d'effectuer un séjour d'étude en Asie dans un des centres de l'EFEO est le 15 octobre 2017EN SAVOIR PLUS
Nouvelle parution

Bulletin de l'École française d'Extrême-Orient 102 (2016)

EN SAVOIR PLUS
Nouvelle parution

Mémoires du Cambodge
Textes et légendes Éric Bourdonneau

EN SAVOIR PLUS
6ème Congrès du GIS Asie du 26 au 28 juin
Paris, France,

Le GIS Études asiatiques (GIS Asie) organise son 6ème Congrès International qui se tiendra du lundi 26 juin 2017 au mercredi 28 juin 2017 dans les locaux de Sciences Po Paris.
Valérie Gillet y présente une communication intitulée « Expressions d'autorité dans la construction, la recontruction ou le réaménagement de temples : le cas de Kiḻaiyūr-Melappaḻuvūr aux IXe et Xe siècles en pays tamoul » dans le cadre du l'atelier Mode d'autorité et conduites esthétiques de l'Asie du Sud à l'Insulinde de la session 2 du lundi 26 juin.

Les publications de l'EFEO seront présentes dans l'espace éditeur.

Plus d'informations sur le site du 6e Congrès Asie 2017.

Du lundi 26 juin au mercredi 28 juin
Locaux de Sciences Po, 27 rue Saint Guillaume 75007 Paris
Publications de l'EFEO

Afin de mettre en valeur ses publications, l'EFEO vient de mettre en ligne un nouveau site qui leur est dédié.
Vous pouvez désormais consulter le catalogue de l'ensemble des ouvrages publiés depuis la création de l'EFEO et acheter directement ceux qui vous intéressent ICI.
Journée d'études ''Tamoul : regards pluridisciplinaires'' vendredi 16 juin
Paris, France,

Charlotte Schmid et Valérie Gillet participent dans le cadre du cycle de conférences "Mondes tamouls", à la première journée d'études "Tamoul : regards pluridisciplaines" organisée vendredi 16 juin à l'Inalco.
- Charlotte Schmid, à 12h : Le voleur de beurre, une création du monde tamoul
- Valérie Gillet, à 12h30 : Le premier empire Pandya (Ve-Xe siècles) : état des lieux, nouveautés, difficultés d'approche

Vendredi 16 juin de 10h à 18h : programme

Inalco, Amphitéâtre 2, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris
Communication de Phillipe Le Failler mercredi 14 juin
Aix-en-Provence, France,

Lors de la journée d'étude "Penser les métissage en Asie / Rethinking 'mixed race': Asian perspective" organisée par l'Institut de Recherches Asiatiques (IRASIA, AMU-CNRS), Philippe Le Failler donne la communication suivante : « L'étranger proche ; la perception des enfants métis dans le Vietnam actuel »

Mercredi 14 juin de 9h30 à 17h

Faculté ALLSH, 29 av. R. Schuman, Aix-en-Provence. Bâtiment Egger, salle D317